Acceuil » Nos ressources » Traite Négrière & Esclavage » Mangroves sacralisées

Mangroves sacralisées

L’approvisionnement en captifs, marchandises par excellence pendant la traite négrière, s’opérait par des razzias et des guerres vers des territoires et des communautés considérées comme de véritables réservoirs humains. Certains groupes socioculturels ont développé des résistances farouches face aux ‘’chasseurs’’ de captifs. D’autres par contre ont opté pour le départ voire la fuite vers des terres plus sécurisées, parfois inaccessibles aux envahisseurs du fait des contraintes naturelles qu’elles présentent (cours d’eau, végétation, …). Ce cas de figure se retrouve au sud-ouest de Ouidah, où la mangrove et le plan d’eau ont permis à un captif fugitif Yorouba de se réfugier. En reconnaissance à cette végétation, il y installe sa divinité, décrète sa sacralité et nomme l’endroit « Azizakouè ».

Mangroves sacralisées

Mangroves sacralisées

Mangroves sacralisées

Les Mangroves sacralisées

L’approvisionnement en captifs, marchandises par excellence pendant la traite négrière, s’opérait par des razzias et des guerres vers des territoires et des communautés considérées comme de véritables réservoirs humains…

Mangroves sacralisées

Mangroves sacralisées